La naissance de la grammaire arabe

Nous pouvons dégager deux discours concernant la naissance de la grammaire arabe et ses fondateurs, à savoir celui relaté par les historiens arabes et enseigné dans la majorité des universités du monde arabe, et celui élaboré par les chercheurs occidentaux intéressés par cette discipline. Notre objectif consiste à proposer une étude générale sur sa naissance selon les historiens arabes et les chercheurs arabisants.

Le premier essai de codification de la langue arabe est marqué par des anecdotes parmi lesquelles nous citons l’histoire qui remonte au quatrième calife ʿAlī b. Abī Ṭālib (m. 661), qui a demandé à Abū al-Aswad al-Duʾalī (m. 688) d’établir une grammaire en lui mentionnant la division du discours arabe en trois parties, à savoir ism (nom), fiʿl (verbe) et ḥarf (particule). Le calife aurait dit à ce dernier « sers-en-toi de support et ajoute tout ce qui te viens à l’esprit » (unḥu haḏa l-nahwa wa-aḍif ilayhi mā waqaʿa ilayka)1.

D’autres versions suggèrent qu’Abū al-Aswad aurait lui-même établi les principes de la grammaire. On rapporte, selon Fleisch2, que « Ziyād b. Abīh aurait engagé Abū al-Aswad à noter par écrit les principes grammaticaux que ʿAlī b. Abī Ṭalib lui avait appris, mais Abū al-Aswad se récusait. Un jour, ayant entendu un lecteur du Coran commettre une faute dans la récitation, il se déclare prêt à remplir cette mission ».

Certains historiens3 rapportent qu’Abū al-Aswad al-Duʾalī a entendu un mawlā (un affranchi) commettre une erreur et quelqu’un de l’entourage s’est mis à rire, il a dit : « Voilà des affranchis qui aspirent à l’islam, qui l’ont adopté et sont devenus ainsi nos frères, ne conviendrait-il pas d’élaborer pour eux les codes qui régissent la langue ? ».

Dans ce sens, al-Zubaydī dit :

Les premiers à travailler sur la grammaire sont Abū al-Aswad al-Duʾalī, Naṣr b. ʿĀṣim, et ʿAbd al-Raḥmān b. Hurmuz. En effet, ils ont arrangé la grammaire en chapitres et ont mentionné le régissant au nominatif, à l’accusatif, au génitif et à l’apocopé ; ils ont élaboré des chapitres à propos du sujet, du complément, de l’exclamation, etc.

(Awwal man aṣṣala ḏālika wa-aʿmala fikruhu fīhi Abū al-Aswad al-Duʾalī, Naṣr b. ʿĀsim, et ʿAbd al-Raḥmān b. Hurmuz. Fa-waḍaʿū li-l-naḥw abwāban wa-aṣṣalu lahu uṣūlan fa-ḏakaru ʿawāmil al-rafʿ wa-l-naṣb wa-l-ẖafḍ wa-l-ǧazm. Wa-waḍaʿū bāb al-fāʿil wa-l-mafʿūl wa-l-taʿaǧǧub)4

Statue d'al-Ḫalil b. Aḥmad al-Farāhidī à Bassorah

Statue d’al-Ḫalil b. Aḥmad al-Farāhidī à Bassorah
Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3A%D9%81%D8%B1%D8%A7%D9%87%D9%8A%D8%AF%D9%8A.jpg

Si les informations concernant le fondateur de la grammaire sont très contradictoires dans les traités arabes, les chercheurs occidentaux ont carrément nié son existence. En effet, Kouloughli suggère que les premières réflexions linguistiques sont nées chez les commentateurs dans le but d’expliquer le Coran ; progressivement ces commentaires ont évolué vers une tradition grammaticale. En effet, « la question de savoir qui était le premier grammairien arabe perd beaucoup de sa signification »5.

Pour Fleisch6, les grammairiens ont codifié la langue car la récitation du Coran doit se faire sans faute. Chez les Arabes, écrit-il, « il y avait le besoin de parler avec exactitude la langue commune, pour eux, sacrée ». Il explique que les non-Arabes qui avaient besoin d’apprendre la langue ont poussé les savants à établir des règles à suivre et à lancer des études systématiques et progressives de la langue.

L’auteur trouve que rien ne prouve l’authenticité du récit au sujet d’Abū al-Aswad, qui passe pour fondateur du ʿilm al-naḥw.

Ainsi, les savants, de cette époque, avaient une volonté d’organiser l’arabe mais leurs principales préoccupations étaient d’ordre religieux.

Or, au début du VIIIe siècle, on note la naissance de deux écoles d’études grammaticales, une à Baṣra et l’autre à Kūfa en Irak, qui établissaient des codes linguistiques en collectant des exemples de différents dialectes tribaux, du Coran, de la poésie bédouine, et des proverbes. Ce travail, qui a duré près d’un siècle, a permis de rédiger l’essentiel d’une grammaire. David Cohen explique que « c’est grâce à ce travail qu’en un siècle fut établi l’essentiel d’une grammaire qui constitue l’un des chefs-d’œuvre historiques de la science du langage, et d’une somme lexicale d’une stupéfiante richesse »7.

À Baṣra, ces recherches ont été couronnées par le Kitāb de Sībawayhi, « où tout l’essentiel des faits grammaticaux se trouve déjà réuni »8. Parmi les grammairiens de ces premières générations, nous citons ʿAbd Allāh b. Abī Isḥāq al-Ḥaḍramī (m. 735), ʿĪsā b. ʿUmar al-Ṯaqafī (m. 766), Abū ʿAmar b. al-ʿAlāʾ (m. 770), al-Ḫalīl b. Aḥmad al-Farāhīdī (m. 786), al-Aḫfaš al-Kabīr (m. 793), Yūnus b. Ḥabīb (m. 798) et Sībawayhi (m. 796).

Le Livre de Sībawayh

Le Livre de Sībawayh
Page de titre du manuscrit de la BnF Arabe 6499
Source : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84061824/f5.item
© BnF, Gallica

Pour conclure, nous déduisons que la naissance de la grammaire pose des problèmes jusqu’à nos jours, car la tradition nous donne des informations très contradictoires concernant les fondateurs, leurs noms et leurs dates de mort. Cependant, personne ne doute de l’existence, à cette époque, d’une grande activité linguistique sur la langue arabe.

Par ailleurs, notre connaissance de l’activité linguistique de cette époque est handicapée par la disparition de plusieurs ouvrages. Ce qui est certain, c’est que, les plus anciens traités de grammaire qui nous soient parvenus sont al-Kitāb, du grammairien persan Sībawayhi et le traité grammatical Risāla fī l-naḥw de Ḫalaf al-Aḥmar (m. 796)9, un rāwī (conteur/rapporteur) célèbre de Baṣra qui connaissait parfaitement les légendes des bédouins, la langue arabe et la poésie.

Bibliographie

– Al-Sīrāfī, Aḫbār al-naḥwiyyīn al-baṣriyyīn, Beyrouth,1936.

– Al-Suyūṭī, Buġyat al-wuʿāt fī ṭabaqāt luġawiyyīn wa-l-nuḥḥāt, Le Caire, Muṣtafā al-Bābī al-Ḥalabī, 1964.

– Al-Qifṭī, Inbāh al-ruwāt ʿalā anbāʿ al-nuḥḥāt, Le Caire, Dār al-fikr al-ʿarabī, 1986, I, p. 40.

– Al-Ṭanṭāwī, Našʾat al-naḥw wa-tārīḫ ašhar al-nuḥāt, Beyrouth,ʿĀlam al-kutub, 1997.

– Al-Zubaydī, Ṭabaqāt al-naḥwiyyīn wa-l-luġawiyyīn, Le Caire, al-Ḫānǧī, 1954.

– Ḍayf (Šawqī), al-Madāris al-naḥwiyya, Le Caire, Dār al-Maʿārif, 1968.

Encyclopédie de l’Islam, Nouvelle édition.

– Cohen (David), « Arabe (monde) – Langue », Encyclopédie Universalis.

– Fleisch (Henri), Traité de philologie arabe, Beyrouth, Imprimerie Catholique, 1961, 2 vols.

– Fleisch (Henri), « Esquisse d’un historique de la grammaire arabe », Arabica, 4/1 (1957), p. 1-22.

– Kouloughli (Djamel Eddine), Repères Chronologiques sur la grammaire arabe / 5

– Kouloughli (Djamel Eddine), « Y a-t-il une syntaxe dans la tradition arabe ? », Histoire Épistémologie Langage, 21/2 (1999), p. 45-64.

– Kouloughli (Djamel Eddine), « Autour du préambule au Kitāb de Sībawayhi », Langues et littératures du monde arabe, 5 (2005), p. 9-16.

– Troupeau (Gérard), Lexique-index du “Kitāb” de Sībawayhi, Paris, Klincksieck, 1976.

– Troupeau (Gérard), « À propos des grammairiens cités par Sībawayhi dans le Kitāb », Arabica, 8/3 (1961), p. 309-312.

  1. Al-Ṭanṭāwī, Našʾat al-naḥw wa-tārīḫ ašhar al-nuḥāt, Beyrouth,ʿĀlam al-kutub, 1997, p.16-19. []
  2. Henri Fleisch, « Esquisse d’un historique de la grammaire arabe », Arabica, 4/1 (1957), p. 3. Voir aussi al-Qifṭī, Inbāh al-ruwāt ʿalā anbāʿ al-nuḥḥāt, Le Caire, Dār al-fikr al-ʿarabī, 1986, I, p. 40. []
  3. Al-Ṭanṭāwī, Našʾat al-naḥw wa-tārīḫ ašhar al-nuḥāt, Beyrouth,ʿĀlam al-kutub, 1997, p. 9-16 et Henri Fleisch, « Esquisse d’un historique de la grammaire arabe », p. 3. []
  4. Al-Zubaydī, Ṭabaqāt al-naḥwiyyīn wa-l-luġawiyyīn, Le Caire, al-Ḫānǧī, 1954, p. 2. []
  5. Kouloughli, TGA et historicité : quelques points de repère, p. 3. []
  6. Fleisch, « Esquisse d’un historique de la grammaire arabe », p. 7. []
  7. David Cohen, « Arabe (monde) – Langue », Encyclopédie Universalis. []
  8. Fleisch, « Esquisse d’un historique de la grammaire arabe », p. 7. []
  9. Charles Pellat, « Khalaf b. Ḥayyān al-Aḥmar », Encyclopédie de l’Islam, IV, p. 952. []

Les miroirs des princes, manuels de bon gouvernement en Islam médiéval

La conférence visait à présenter le genre littéraire des « miroirs des princes » composés en Islam médiéval en exposant leurs principales thématiques et en soulignant leurs différents enjeux.

Lire la suite

Histoire de la Bibliothèque Henri Massé (Paris IV, UFR d’études arabes et hébraïques)

Successivement appelée Bibliothèque du Département d’Islamologie, Bibliothèque du Département des Études Arabes et Islamiques, l’actuelle Bibliothèque de l’UFR d’Études arabes et hébraïques, bibliothèque de composante du Service Commun de la Documentation (S.C.D.), porte aussi le nom d’un orientaliste du début du vingtième siècle, professeur à l’Université Paris IV Sorbonne, Henri Massé (1886-1969). Lire la suite

À la découverte des métiers du journalisme : trois destins, une passion

Le 11 décembre 2013, l’association SAMAH (Sorbonne Association Monde Arabe et Hébraïque) organisait une table ronde autour des métiers du journalisme et des médias. Trois professionnels aux parcours différents furent invités pour partager leur expérience devant plus d’une centaine d’étudiants réunis dans l’amphithéâtre Cauchy. Compte rendu. Lire la suite

Rencontre avec M. Majdi ABED, conseiller des Affaires Étrangères

L’association SAMAH a organisé, mercredi 06 novembre, sa première table ronde destinée à faire partager aux étudiants la richesse professionnelle d’intervenants spécialiste d’un domaine. La première manifestation s’est ainsi tenue, en Sorbonne, amphi Cauchy, en présence de Monsieur MAJDI ABED, Conseiller des Affaires Étrangères, qui est venu faire découvrir à un public d’environ 75 étudiants fascinés, les Métiers de la Diplomatie. Lire la suite

Sur le commerce du blé entre l’Algérie et la France au XVIIIe siècle

L’historiographie coloniale a transmis une image dominante de l’Algérie de l’époque ottomane : celle d’un repaire de corsaires vivant et s’enrichissant surtout de rapines sur la Chrétienté[1]. Or, ce qui était vrai aux siècles de forte activité corsaire, les XVIe et XVIIe siècles, ne l’était plus au XVIIIe siècle. En effet, après avoir atteint son apogée au cours d’une période qui s’étend de 1580 à 1640, environ, la course algérienne déclina. Les causes principales de ce déclin sont liées à une riposte efficace des puissances européennes contre les corsaires algériens : la contre-course, le développement de la marine européenne, la circulation en convois, le bombardement des ports algériens, limitèrent sérieusement le rapport d’une activité jusque-là particulièrement florissante. Lire la suite