Sur le commerce du blé entre l’Algérie et la France au XVIIIe siècle

L’historiographie coloniale a transmis une image dominante de l’Algérie de l’époque ottomane : celle d’un repaire de corsaires vivant et s’enrichissant surtout de rapines sur la Chrétienté[1]. Or, ce qui était vrai aux siècles de forte activité corsaire, les XVIe et XVIIe siècles, ne l’était plus au XVIIIe siècle. En effet, après avoir atteint son apogée au cours d’une période qui s’étend de 1580 à 1640, environ, la course algérienne déclina. Les causes principales de ce déclin sont liées à une riposte efficace des puissances européennes contre les corsaires algériens : la contre-course, le développement de la marine européenne, la circulation en convois, le bombardement des ports algériens, limitèrent sérieusement le rapport d’une activité jusque-là particulièrement florissante. Lire la suite