Les miroirs des princes, manuels de bon gouvernement en Islam médiéval

La conférence visait à présenter le genre littéraire des « miroirs des princes » composés en Islam médiéval en exposant leurs principales thématiques et en soulignant leurs différents enjeux.

Al-Maʾmūn et ses conseillers

Muḥammad b. Ẓafar, Sulwān al-maṭāʿ, MS Paris, BnF, ARABE 3511, fol. 19r
Source : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84582619/f43.item
© BnF

L’introduction a permis de définir le genre des « miroirs des princes », d’identifier leurs différents auteurs et destinataires (voir vidéo) et d’exposer les problématiques soulevées lors de la conférence,  qui était divisée en trois grands axes.

Le premier axe traitait de la figure du souverain. Il y a été abordé la nature de son pouvoir considéré comme d’origine divine, et la nécessité d’une obéissance absolue de la part de ses sujets. Puis la notion de justice dans les miroirs des princes a été largement développée (voir vidéo), ainsi que les vertus nécessaires au bon gouvernant, et la nécessité pour lui de s’entourer d’hommes sages et expérimentés et d’écouter leurs conseils.

La deuxième partie de la conférence était axée sur l’entourage du souverain et les règles de bonne conduite à la cour. Il y a été notamment question des relations entre le souverain et les membres de sa famille, et plus particulièrement ses femmes (voir vidéo), ainsi que de l’étiquette à la cour (voir vidéo) et des vertus nécessaires aux dignitaires du royaume.

Al-Biṭrīrk et le vizir de Sābūr

Muḥammad b. Ẓafar, Sulwān al-maṭāʿ, MS Paris, BnF, ARABE 3511, fol. 24b
Source : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84582619/f43.item
© BnF

En dernier lieu ont été développées des questions plus générales de bon gouvernement, comme la perception des sujets dans les « miroirs » et leurs relations avec le souverain, et notamment la politique du tarhīb et du tarġīb, mêlant menace de châtiment et promesse de récompense. Puis ont été abordées les questions relatives à l’armée, au comportement à adopter envers les ennemis du royaume, aux relations diplomatiques et aux qualités requises des émissaires.

Ces propos étaient illustrés de citations et d’anecdotes tirées de traités composés à différentes époques. Deux bibliographies ont été distribuées : la première contenant les références des miroirs cités dans la conférence ainsi que leurs traductions disponibles en français, anglais, ou espagnol et la seconde regroupant quelques études effectuées sur les « miroirs des princes » en Islam médiéval (voir PDF).

En conclusion a été soulignée la figure ambivalente du souverain véhiculée dans les « miroirs », souverain qui apparaît tantôt comme un tyran autocrate, tantôt comme un gouvernant juste et vertueux, et toujours comme un élément indispensable, essentiel au bon fonctionnement du royaume. Il a finalement été question des différentes motivations qui ont pu conduire ces auteurs à composer un traité de bon gouvernement et de leur tentative de juguler le pouvoir du souverain en lui promettant à son tour une récompense dans l’au-delà s’il faisait régner la justice sur terre et un terrible châtiment s’il se montrait tyrannique (voir vidéo).

Lien pour télécharger la bibliographie : Bibliographie sur les miroirs des princes (Amandine Lefol Adwan)


Pour citer ce billet : Amandine Lefol Adwan, « Les miroirs des princes, manuels de bon gouvernement en Islam médiéval », Le carnet de SAMAH [Carnet de recherche], http://samah.hypotheses.org/381, mis en ligne le 4 janvier 2015, consulté le…


a.adwan

Doctorante en littérature arabe médiévale à Paris IV Agrégée d'arabe Chargée de cours à Paris IV

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *