À la découverte des métiers du journalisme : trois destins, une passion

Le 11 décembre 2013, l’association SAMAH (Sorbonne Association Monde Arabe et Hébraïque) organisait une table ronde autour des métiers du journalisme et des médias. Trois professionnels aux parcours différents furent invités pour partager leur expérience devant plus d’une centaine d’étudiants réunis dans l’amphithéâtre Cauchy. Compte rendu.

Benjamin Bibas fut le premier à prendre la parole. Alors qu’il s’ennuie profondément dans son école de commerce, il comprend que chercher à maximiser les ventes n’est pas une priorité dans sa vie. Après avoir trainé quelques temps sur les bancs de Science-Po et de l’Université Paris-Sorbonne, il saisit l’opportunité qui lui est offerte de travailler en Argentine puis au Liban où il collabore avec la presse francophone, notamment L’Orient-Le Jour. De retour en France, il contribue alors à une multitude de publications, de fanzines, au modèle économique instable mais au contenu passionnant. Ses articles sont ainsi publiés dans Objectif Cinéma, La Medina, Fluctuat.net et surtout le Monde des Débats qui ferme ses portes en 2001. Refusant de travailler pour le Nouvel Obs – dernier propriétaire du Monde des débats – mais bouillonnant d’idées, il lance en 2005 sa fabrique indépendante de documentaires : Radiofonies Europe. Cette dernière va lui permettre d’exprimer pleinement sa passion pour ce métier, notamment au Congo. Ce cheminement explique pourquoi Benjamin Bibas décrit son « parcours » comme « chaotique ». Il n’hésite pas à faire part aux étudiants des difficultés de cette profession : des salaires fluctuants et incertains, un nombre restreint de places face à un afflux massif de candidats. Bref, une précarisation croissante d’une partie des journalistes dont il faut être conscient sans la voir comme un frein absolu à embrasser ce métier. Ses convictions chevillées au corps, Benjamin Bibas s’est exprimé aux étudiants sorbonnards avec une grande émotion qui fut l’illustration d’un homme passionné.

Benjamin Bibas

Benjamin Bibas
© SAMAH 2013

Dans un tout autre registre, Aline Maume a présenté un parcours qu’elle décrit comme plus « classique » mais qui ne doit pas être perçu comme une « voie tracée ». Diplômée d’une licence et d’un master en histoire antique à Paris-Sorbonne, elle intègre le CELSA (Centre d’Études Littéraires et Scientifiques Appliquées), une des douze écoles de journalisme reconnue par la profession. Elle entend alors parler de l’Académie Prisma Presse appartenant à l’un des plus grands groupes médias de France (aujourd’hui Prisma Media). Sélectionnée pour y participer, elle alterne un mois sur deux entre une formation aux techniques rédactionnelles et la découverte des rédactions du groupe. Passée par VSD, Ça m’intéresse, elle occupe aujourd’hui le poste de chef de service au sein de la rédaction du « magazine de la photo et du voyage » Géo. Elle admet volontiers que sa position lui offre moins d’indépendance que M. Bibas concernant ses choix rédactionnels. La réalité économique du monde de la presse écrite pèse lourd sur les épaules de ses acteurs, obligés de faire aussi bien voir mieux avec moins. Ses sorties sur le terrain, notamment dans les Balkans, qu’elle affectionne tout particulièrement, sont de plus en plus sporadiques. Aline Maume mentionne cependant que le salariat offre un certain confort quant aux perspectives d’avenir ainsi qu’une sécurité – relative – de l’emploi. Elle se refuse à penser, contrairement à ce qui peut se dire au sein même de sa rédaction, que la presse écrite est condamnée. Évoquant le financement de reportages de tout type par le crowd funding, ainsi que les multiples possibilités offertes par le web, elle promet à ce secteur une place plus importante que l’on ne le croit.

De gauche à droite : Benjamin Bibas et Aline Maume
© SAMAH 2013

JRI (journaliste reporter d’images) palestinien originaire de Gaza, Menem Adwan a quant à lui apporté un témoignage tout à fait particulier qui ne manqua pas de susciter un vif débat lors de cette table ronde. Menem Adwan a tenu dans un premier temps à faire comprendre ce qu’est un journaliste palestinien en Palestine. Il situe deux périodes séparées par un événement pivot : la première Intifada en 1987. Avant cela, être journaliste n’existait pas vraiment dans les Territoires palestiniens du fait de la censure et des « détentions administratives » – des emprisonnements purs et simples – de ceux ayant cherché à raconter la situation sur place. Après l’Intifada, les habitants des Territoires palestiniens sont devenus des relais indispensables pour les médias occidentaux. Passionné de musique mais ne pouvant l’étudier en Palestine, M. Adwan débute de façon pragmatique une carrière de fixeur et de cameraman pour de grands médias internationaux comme CNN ou la BBC. Il se considère toujours comme l’homme de l’ombre, le « technicien » qui filme ce que lui demande le journaliste. Il dit avoir vu quatre types de journalistes dans sa carrière : le naïf aventurier qui cherche à interviewer « terroristes » (sic), l’idéologue qui arrive avec un message préconçu (l’un des pires selon lui), le lâche qui ne se mouillera pas (M. Adwan dénonce ici l’illusion de l’objectivité journalistique) et enfin le courageux. Parmi cette dernière catégorie, Menem Adwan rend hommage à de nombreux journalistes israéliens qui ont su prendre des risques afin de vraiment comprendre les enjeux d’un conflit démarré en 1947. Aujourd’hui, il travaille en France comme indépendant, notamment pour la BBC, et poursuit une thèse sur la désinformation télévisuelle sur le conflit israélo-palestinien. Le journaliste-chercheur souligne les faiblesses de médias occidentaux de plus en plus décriés par l’opinion publique. « Manipulation » de l’information, « censure » et « mensonge », autant de mots forts qui doivent pousser la presse occidentale à dépasser les schémas préconçus.

De gauche à droite : Aline Maume et Menem Adwan
© SAMAH 2013

Les trois intervenants de cette table ronde ont ensuite répondu aux questions que pouvaient se poser les étudiants. Chacun d’eux croit encore en la possibilité d’une presse libre et indépendante malgré la conscience des impératifs économiques. Bien que tous animés de la même passion d’informer, le journalisme reste aussi une source de revenus qui leur permet de vivre. Ils ont également encouragé les étudiants à se forger leur propre opinion en multipliant leurs sources d’informations et en se concentrant sur certaines d’entre elles réputées pour leur qualité et leur indépendance (furent cités Mediapart, CNN, Terra Nova, etc.). La meilleure des conclusions serait certainement de livrer les mots d’Hervé Kempf, ancien reporter pour Le Monde, que Benjamin Bibas a tenu à lire en conclusion de son intervention : « Que je quitte volontairement un titre prestigieux étonnera peut-être. Mais certes moins que la raison qui m’y pousse : la censure mise en œuvre par sa direction, qui m’a empêché de poursuivre dans ce journal enquêtes et reportages sur le dossier de Notre Dame des Landes. […] Faiblesse de nos moyens face aux millions des oligarques qui contrôlent les médias. Nous ne sommes rien, ils sont tout. Mais nous avons ce que l’argent ne peut pas acheter : la conviction, l’enthousiasme, la liberté. ».

De gauche à droite : Fadi Shahin, Claire Jan, Benjamin Bibas, Aline Maume, Menem Adwan, Ali Manoubi et Amandine Lefol
© SAMAH 2013


Pour citer ce billet : Souhila Benguessoum et Hugo Berriat, « À la découverte des métiers du journalisme : trois destins, une passion », Le carnet de SAMAH [Carnet de recherche], http://samah.hypotheses.org/244, mis en ligne le 3 mars 2014, consulté le…


hugoberriat

Etudiant du Master MAM (Mondes arabes et musulmans) de l'Université Paris-IV Sorbonne. Mémoire de recherche en cours : "La défense des installations pétrolières durant la guerre d'Algérie (1954-1962)" (titre provisoire)

More Posts

Follow Me:
TwitterFlickr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *